ACCUEIL › News : La protection des délégués est indispensable !

 


Accédez au site de la CSC
CNE 24 Nov 2010
La protection des délégués est indispensable !

Dans l’affaire MACtac, l’indemnité de protection et de licenciement particulièrement élevée payée au preneur d’images (bénéficiaire d’une protection comme candidat aux élections sociales) a fait l’objet d’une attention médiatique et de commentaires acerbes. Les organisations patronales en ont pris prétexte pour mettre la protection des délégués en question.

 
En Belgique, l’employeur est toujours libre de licencier un/une syndicaliste en raison de son engagement syndical pourvu qu’il ouvre grand son portefeuille. Les exemples sont nombreux. Soyons clairs: la CSC préférerait un autre règlement, plus efficace, de l’indemnité de licenciement et de protection des délégués. En France, aux Pays-Bas ou en Allemagne, par exemple, l’employeur ne peut pas licencier arbitrairement un délégué en lui payant une indemnité. De même, tout licenciement est interdit si un juge ou un inspecteur constate qu’il est en rapport avec l’engagement syndical de la personne. Dans ces trois pays, l’employeur est alors tenu de réintégrer le délégué dans sa fonction, avec les mêmes possibilités de promotion et le même salaire. L’employeur ne peut ni s’y opposer, ni choisir de payer une indemnité. Le juge peut même, au moyen de très lourdes astreintes, contraindre un employeur récalcitrant à réintégrer le délégué.
 
La protection des syndicalistes est une nécessité absolue pour leur permettre d’effectuer correctement leur travail syndical. S’ils doivent contredire l’employeur, ce qui arrive à tout délégué, ils doivent pouvoir le faire sans risque de licenciement. Aujourd’hui, trop de syndicalistes sont victimes de discriminations au travail.
 
Nous refusons que les employeurs prétendent que seule la protection intéresse les délégués. C’est le cas d’une minorité qui porte préjudice à tous les autres. La plupart se battent avant, pendant et après leurs heures de travail pour tenter de résoudre les problèmes de leurs collègues, tentent de tirer le meilleur parti de la concertation au risque d’être submergés de critiques si le compromis obtenu n’est pas jugé à la hauteur des attentes. Interrogez-les, ils savent pourquoi ils s’engagent dans le combat syndical!


Donnez nous votre avis!

Vous n'êtes pas identifié
Cliquez ici pour vous identifier. ou ici pour vous inscrire
 

Partagez cette news sur vos réseaux sociaux